Contacts et transferts culturels Les Serapea 30-04-19

La prochaine séance du séminaire “Contacts et transferts culturels” se tiendra le mardi 30 avril à 13h30 à l’Université de Lille, dans la salle de séminaire du laboratoire Halma
(Bât. E, 1er étage, salle E1.51). 

Cette séance sera consacrée aux Serapeia de Memphis et d’Alexandrie avec deux conférences au programme : 

Didier DEVAUCHELLE : “Le « Sérapéum » de Memphis”

Fabienne BURKHALTER : “Sarapis et le Sarapieion ptolémaïque d’Alexandrie”

Les conférences seront suivies d’un bref atelier interdisciplinaire :
“Regards croisés autour du taureau Apis”.
Il s’agira de lire ensemble des documents en rapport avec le sujet des conférences, en profitant de la diversité et de la complémentarité des regards que les spécialistes de divers disciplines peuvent apporter à cette lecture.

RESUMES DES CONFERENCES :

Didier Devauchelle : “Le « Sérapéum » de Memphis”

Le terme « Sérapéum » est principalement associé au lieu d’enterrement des taureaux Apis à Saqqara. Or cette appellation désigne en principe un lieu de culte du dieu Sérapis. La présentation s’attachera à décrire les étapes de ce « détournement » toponymique et les conséquences qu’il a eues et qu’il continue d’avoir sur notre approche du culte du taureau Apis défunt, sous sa dénomination d’Osorapis, ainsi que sur la confusion qui a été faite entre la figure de cet animal divinisé et le dieu Sérapis.

Eléments de bibliographie :

A. Mariette, Le Sérapeum de Memphis (publié d’après le manuscrit de l’auteur par G. Maspero), F. Vieweg, Paris, 1882.

J.-Ph. Lauer et Ch. Picard, Les statues ptolémaïques du Sarapieion de Memphis, L’antiquité classique t. 25, faac. 2, 1956.

Fabienne Burkhalter : “Sarapis et le Sarapieion d’Alexandrie”

Cette communication sera principalement centrée sur la question des relations entre le Sarapieion d’Alexandrie et le grand sanctuaire de Memphis — appelé Sarapieion par les Grecs — où reposaient les taureaux Apis.

Les auteurs grecs et romains qui ont parlé de Sarapis ont accordé une attention toute particulière à l’histoire de la statue de culte du dieu. Cette statue d’origine étrangère aurait été transportée de Sinope à Alexandrie par des émissaires de Ptolémée Ier à la suite d’un ordre divin reçu par le roi dans un songe. 

Un certain nombre de documents permettent effectivement d’attribuer l’introduction du culte de Sarapis à Alexandrie à Ptolémée Ier, mais les vestiges archéologiques montrent qu’il n’y avait certainement pas de temple — ni donc de statue de culte — dans le premier sanctuaire alexandrin. C’est sous le règne de Ptolémée III (246-22é av. J.-C.), lors de la construction du grand sanctuaire ptolémaïque de Sarapis, que la statue anthropomorphe du dieu fut créée.

Nous chercherons à retracer l’histoire du sanctuaire de Sarapis à Alexandrie en nous intéressant particulièrement à son développement sous les trois premiers Ptolémées (304-222 av. J.-C.). Nous chercherons également à replacer les allusions de Callimaque à Sarapis et à Apis dans le contexte religieux qui était en vigueur sous Ptolémée II. 

Textes de Callimaque :

ÉpigrammeXXXVII (texte et trad. É. Cahen, Callimaque,Belles Lettres, 1922)

La victoire de Bérénice (Épinicie publiée dans les AetiaIII), proemium fr. 54 et 54a

http://dcc.dickinson.edu/callimachus-aetia/book-3/victory-berenice#

Dans le cadre de l’atelier interdisciplinaire (regroupant philologues, papyrologues, historiens et archéologues ; égyptologues, hellénistes et latinistes), nous reviendrons notamment autour de l’allusion supposée de Callimaque au taureau Apis dans “La victoire de Bérénice”, ainsi que sa reprise à Rome, dans l’élégie I, 7 de Tibulle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.