Séminaire “Contacts et transferts culturels” – 5 octobre 2017

La troisième séance du séminaire “Contacts et transferts culturels” se tiendra le jeudi 5 octobre, à 15 heures, dans la salle E1 – 51 du laboratoire Halma.

Résumé des interventions

Hélène Fragaki (Université de Leiden)

“La nécropole d’Anfouchi à Alexandrie : un exemple d’hybridation ?”

Situé sur l’ancienne île de Pharos, cet ensemble de tombes souterraines d’époque ptolémaïque avancée est perçu dans la recherche moderne comme un hybride, dans la mesure où il est censé combiner des traits aussi bien grecs qu’égyptiens. L’étude historiographique des différentes interprétations proposées pour ces hypogées montre que la problématique sur leurs états successifs interfère avec les tentatives d’y assigner les détails décoratifs issus de ces deux traditions. En effet, les spécialistes se sont essentiellement préoccupés d’établir une distinction stricte entre les éléments considérés comme « grecs » et ceux qui dérivent du passé pharaonique, souvent qualifiés « d’égyptisants ». En défendant la priorité chronologique et la prédominance des uns ou des autres, ils évaluent et commentent leur fusion de manières diverses. Cependant, l’examen critique de ces analyses révèle que plusieurs conclusions, affirmations ou jugements ne trouvent pas d’appui dans la documentation archéologique et littéraire. Par ailleurs, la recherche du degré d’hellénisation ou d’égyptianisation suffit-elle pour éclairer ces monuments funéraires d’un point de vue artistique et culturel ? Une approche qui propose d’y voir plutôt des objets appréciés pour leur propriétés particulières, parfois dotés d’un potentiel d’innovation qui les emmène jusqu’à Rome, permettrait de les aborder sous un angle nouveau.

Liens

Descriptif du projet:
https://www.nwo.nl/onderzoek-en-resultaten/onderzoeksprojecten/i/84/26284.html

Travaux du CEAlex dans la nécropole d’Anfouchi:
http://www.cealex.org/sitecealex/navigation/FENETR_NAVetudes_F.htm

A. Adriani, Annuaire du Musée gréco-romain III (1940-1950), Alexandrie, 1952:
http://www.cealex.org/sitecealex/navigation/FENETR_NAVressources_F.htm

A.-M. Guimier-Sorbets, « D’autres croyances, d’autres pratiques funéraires : les deux états de la tombe 2 dans la nécropole d’Anfouchi à Alexandrie », BCH 134-1, 2010, p. 153-175: http://www.persee.fr/doc/bch_0007-4217_2010_num_134_1_7620

Photos (archives J. McKenzie)
http://www.manar-al-athar.ox.ac.uk/dams/pages/search.php?search=!collection2689&bc_from=themes

 

Florence Klein (Université de Lille, Halma UMR 8164)

“Rapt érotique et transfert culturel : politique et poétique du consentement
(chez Callimaque, Moschos, Catulle)”. 

La poésie alexandrine du IIIe siècle avant J.-C. se présente volontiers comme « délocalisée », disloquée entre plusieurs lieux et plusieurs cultures, à l’image de l’élite macédonienne, la cour royale et ses poètes, déplacée de Grèce en Egypte : pour cela elle thématise les notions de transferts, de déplacement, d’arrachement. C’est ainsi notamment, comme l’a montré Daniel Selden (« Alibis », Classical Antiquity 1998), qu’est structurée la « Boucle de Bérénice » de Callimaque, poème qui décrit l’apothéose d’une boucle de cheveux vouée par Bérénice II pour le retour de son époux Ptolémée III Evergète et dans lequel la boucle elle-même dit sa douleur d’avoir été brutalement coupée de la tête de sa maîtresse. Mais Selden suggère également qu’une lecture égyptienne vient compléter cette lecture grecque et justifier le déplacement, le déchirement que dit cette dernière, par la mise en avant de l’autorité et du prestige du couple royal fondée sur cette même poétique de « l’alibi ». Le texte de Callimaque semble ainsi problématiser son propre statut de texte « déplacé », lié au transfert culturel et au contact des deux cultures, grecques et égyptiennes, qui en résulte.

Or, dans un second temps, ce même poème en est également venu à symboliser un autre transfert culturel – au sens propre, une translatio, une « traduction » du grec au latin, lorsque Catulle, ‘traduisant’ ce poème pour en faire le carmen 66 de son recueil, l’a, pour ainsi dire, « coupé » de son contexte alexandrin et de son œuvre d’origine (les Aitia) pour l’intégrer dans un contexte nouveau – la Rome du premier siècle avant J.-C. – et une œuvre nouvelle, son propre libellus. Comme cela a été montré (Höschele 2009, Young 2015), la complainte de la boucle acquiert alors un statut métapoétique : la coma Berenices, la boucle de Bérénice, en disant sa réticence à être séparée de la tête de sa maîtresse (Cat., C. 66, 39, Inuita, o regina, tuo de uertice cessi, « C’est bien malgré moi, ô reine, que j’ai quitté ton front »), serait aussi la Coma, le poème ainsi intitulé, qui dirait la brutalité impliquée par le transfert culturel en jeu dans cette traduction, et une forme de « violence impérialiste » à l’œuvre dans le processus d’appropriation de la culture alexandrine à Rome.

C’est cette question de la réticence (ou, à l’inverse, du consentement) de la boucle / la « Boucle » vis-à-vis de son propre transfert poétique et culturel, d’Alexandie à Rome, que cette intervention se proposera en particulier d’approfondir. Nous le ferons en rapprochant l’arrachement de la boucle du motif du rapt érotique auquel la jeune femme enlevée s’oppose ou consent, et proposerons notamment d’éclairer le texte de Callimaque par un ‘hypotexte intermédiaire’ apparu entre le poème callimachéen et sa traduction catulléenne : l’Europè de Moschos, un poème qui lui aussi thématisait, à sa manière, la confrontation ou l’union de deux cultures par l’image d’une jeune princesse consentant à la violence de son rapt érotique.

Pour plus d’informations :
https://halma.univ-lille3.fr/index.php/event/seminaire-contacts-et-transferts-culturels-2/

Contact : florence.klein@univ-lille3.fr

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.