Séminaire « Contacts et transferts culturels » – 5 octobre 2017

La troisième séance du séminaire « Contacts et transferts culturels » se tiendra le jeudi 5 octobre, à 15 heures, dans la salle E1 – 51 du laboratoire Halma.

Résumé des interventions

Hélène Fragaki (Université de Leiden)

« La nécropole d’Anfouchi à Alexandrie : un exemple d’hybridation ? »

Situé sur l’ancienne île de Pharos, cet ensemble de tombes souterraines d’époque ptolémaïque avancée est perçu dans la recherche moderne comme un hybride, dans la mesure où il est censé combiner des traits aussi bien grecs qu’égyptiens. L’étude historiographique des différentes interprétations proposées pour ces hypogées montre que la problématique sur leurs états successifs interfère avec les tentatives d’y assigner les détails décoratifs issus de ces deux traditions. En effet, les spécialistes se sont essentiellement préoccupés d’établir une distinction stricte entre les éléments considérés comme « grecs » et ceux qui dérivent du passé pharaonique, souvent qualifiés « d’égyptisants ». En défendant la priorité chronologique et la prédominance des uns ou des autres, ils évaluent et commentent leur fusion de manières diverses. Cependant, l’examen critique de ces analyses révèle que plusieurs conclusions, affirmations ou jugements ne trouvent pas d’appui dans la documentation archéologique et littéraire. Par ailleurs, la recherche du degré d’hellénisation ou d’égyptianisation suffit-elle pour éclairer ces monuments funéraires d’un point de vue artistique et culturel ? Une approche qui propose d’y voir plutôt des objets appréciés pour leur propriétés particulières, parfois dotés d’un potentiel d’innovation qui les emmène jusqu’à Rome, permettrait de les aborder sous un angle nouveau.

Liens

Descriptif du projet:
https://www.nwo.nl/onderzoek-en-resultaten/onderzoeksprojecten/i/84/26284.html

Travaux du CEAlex dans la nécropole d’Anfouchi:
http://www.cealex.org/sitecealex/navigation/FENETR_NAVetudes_F.htm

A. Adriani, Annuaire du Musée gréco-romain III (1940-1950), Alexandrie, 1952:
http://www.cealex.org/sitecealex/navigation/FENETR_NAVressources_F.htm

A.-M. Guimier-Sorbets, « D’autres croyances, d’autres pratiques funéraires : les deux états de la tombe 2 dans la nécropole d’Anfouchi à Alexandrie », BCH 134-1, 2010, p. 153-175: http://www.persee.fr/doc/bch_0007-4217_2010_num_134_1_7620

Photos (archives J. McKenzie)
http://www.manar-al-athar.ox.ac.uk/dams/pages/search.php?search=!collection2689&bc_from=themes

 

Florence Klein (Université de Lille, Halma UMR 8164)

« Rapt érotique et transfert culturel : politique et poétique du consentement
(chez Callimaque, Moschos, Catulle) ». 

La poésie alexandrine du IIIe siècle avant J.-C. se présente volontiers comme « délocalisée », disloquée entre plusieurs lieux et plusieurs cultures, à l’image de l’élite macédonienne, la cour royale et ses poètes, déplacée de Grèce en Egypte : pour cela elle thématise les notions de transferts, de déplacement, d’arrachement. C’est ainsi notamment, comme l’a montré Daniel Selden (« Alibis », Classical Antiquity 1998), qu’est structurée la « Boucle de Bérénice » de Callimaque, poème qui décrit l’apothéose d’une boucle de cheveux vouée par Bérénice II pour le retour de son époux Ptolémée III Evergète et dans lequel la boucle elle-même dit sa douleur d’avoir été brutalement coupée de la tête de sa maîtresse. Mais Selden suggère également qu’une lecture égyptienne vient compléter cette lecture grecque et justifier le déplacement, le déchirement que dit cette dernière, par la mise en avant de l’autorité et du prestige du couple royal fondée sur cette même poétique de « l’alibi ». Le texte de Callimaque semble ainsi problématiser son propre statut de texte « déplacé », lié au transfert culturel et au contact des deux cultures, grecques et égyptiennes, qui en résulte.

Or, dans un second temps, ce même poème en est également venu à symboliser un autre transfert culturel – au sens propre, une translatio, une « traduction » du grec au latin, lorsque Catulle, ‘traduisant’ ce poème pour en faire le carmen 66 de son recueil, l’a, pour ainsi dire, « coupé » de son contexte alexandrin et de son œuvre d’origine (les Aitia) pour l’intégrer dans un contexte nouveau – la Rome du premier siècle avant J.-C. – et une œuvre nouvelle, son propre libellus. Comme cela a été montré (Höschele 2009, Young 2015), la complainte de la boucle acquiert alors un statut métapoétique : la coma Berenices, la boucle de Bérénice, en disant sa réticence à être séparée de la tête de sa maîtresse (Cat., C. 66, 39, Inuita, o regina, tuo de uertice cessi, « C’est bien malgré moi, ô reine, que j’ai quitté ton front »), serait aussi la Coma, le poème ainsi intitulé, qui dirait la brutalité impliquée par le transfert culturel en jeu dans cette traduction, et une forme de « violence impérialiste » à l’œuvre dans le processus d’appropriation de la culture alexandrine à Rome.

C’est cette question de la réticence (ou, à l’inverse, du consentement) de la boucle / la « Boucle » vis-à-vis de son propre transfert poétique et culturel, d’Alexandie à Rome, que cette intervention se proposera en particulier d’approfondir. Nous le ferons en rapprochant l’arrachement de la boucle du motif du rapt érotique auquel la jeune femme enlevée s’oppose ou consent, et proposerons notamment d’éclairer le texte de Callimaque par un ‘hypotexte intermédiaire’ apparu entre le poème callimachéen et sa traduction catulléenne : l’Europè de Moschos, un poème qui lui aussi thématisait, à sa manière, la confrontation ou l’union de deux cultures par l’image d’une jeune princesse consentant à la violence de son rapt érotique.

Pour plus d’informations :
https://halma.univ-lille3.fr/index.php/event/seminaire-contacts-et-transferts-culturels-2/

Contact : florence.klein@univ-lille3.fr

 

Séminaire « Contacts et Transferts culturels » – 28 avril 2017

Vendredi 28 avril 2017, la séance de notre séminaire « Contacts et transferts culturels » sera animée par Evelyne Prioux (CNRS, ArScAn) et Ghislaine Widmer (Université de Lille, Halma).

Résumé des communications :

Evelyne Prioux, « L’Hérakliskos de Théocrite: l’enargeia au service du pouvoir lagide »
L’epyllion Hérakliskos contient une description du ciel nocturne qui indique à quel moment de l’année Héraclès et Iphiclès furent attaqués par les serpents envoyés par Héra. Ce passage a été largement commenté, car il a des implications pour la compréhension des liens entre l’Idylle XXIV et le pouvoir ptolémaïque et parce qu’il semble pointer vers une date importante liée à l’accession au pouvoir de Ptolémée II, ce qui implique de s’interroger sur la reconstitution du calendrier macédonien en vigueur au début du règne et sur la chronologie mal connue du début de son règne. Le recours à un logiciel de planétarium permet de confronter cette description avec les cartes du ciel nocturne de l’Alexandrie de Ptolémée II et d’en éclairer l’interprétation. Une comparaison entre cette description et la sphaira égyptienne permet aussi de prendre conscience de la présence d’un éventuel arrière-plan égyptien dans la description de Théocrite: les constellations évoquées (l’Ourse et Orion) ont en effet des équivalents égyptiens (la Cuisse de taureau et Sah) et le mouvement du ciel décrit par Théocrite – celui de l’Ourse tournant pour regarder Orion – pouvait être perçu comme particulièrement signifiant en contexte égyptien.

« La figure légendaire du prince-pharaon Sésostris à l’époque gréco-romaine: une reconstruction du passé égyptien »
La communication présentera un travail en cours autour de papyrus fragmentaires démotiques de l’époque romaine attestant de l’existence d’un cycle d’histoires centrées autour d’un héros du passé égyptien : le prince-pharaon Sésostris, que les auteurs classiques et un roman grec évoquent également sous le nom de Sesoôsis ou Sesonchôsis.

La séance aura lieu à 13h dans la salle de séminaire (E1.51) du laboratoire Halma, à l’Université de Lille 3. Elle est ouverte à tous.

Renseignements :
https://www.univ-lille3.fr/recherche/actualites/agenda-de-la-recherche/?id=1782

http://halma.recherche.univ-lille3.fr/index.php/event/seminaire-contacts-et-transferts-culturels/

Contact : florence.klein@univ-lille3.fr

Séminaire « Contacts et transferts culturels » – 1er avril 2016

Image

La première séance du séminaire « Contacts et transferts culturels » se tiendra le vendredi 1er avril 2016, à l’Université Lille 3, bâtiment E (Halma), salle E1-51.

Sémin.01-04-16

Voici le programme de cette première séance :

13h-13h40 :
Florence Klein : Introduction
13h40-14h40 :
Laurianne Martinez-Sève (Pr. d’histoire grecque)
« Réflexions sur l’impact de la culture grecque en Asie centrale »
Pause
15h-16h :
Jean-Christophe Jolivet (Pr. de langue et littérature latines)
« La philologie romaine à la recherche d’un modèle hellénistique : Suétone et Cratès de Mallos, ou pourquoi choisir Pergame plutôt qu’Alexandrie ».
16h-17h :
Stéphane Benoist (Pr. d’histoire romaine) et Didier Devauchelle (Pr. d’histoire, langue et archéologie de l’Egypte ancienne)
« Un empereur romain entre deux mondes : regards croisés sur la titulature impériale en Égypte romaine ».

Contact : florence.klein@univ-lille3.fr

 

Alexandrie-Rome

Ce carnet de recherche dépend du programme « d’Alexandrie à Rome », monté en 2015 dans le cadre du laboratoire Halma (UMR 8164).

Après la mort d’Alexandre le Grand, dans un univers dont le centre de gravité s’est déplacé de la Grèce à l’Egypte et vers l’Orient, l’époque hellénistique est, comme cela a  déjà été mis en lumière, hantée par le thème du déplacement : ses productions artistiques et littéraires illustrent l’importance des transferts culturels entre le passé grec classique, d’une part, et un monde nouveau où la culture macédonienne se marie, dans une certaine mesure, aux cultures locales, d’autre part.

Un lieu emblématique de cette époque est l’Alexandrie ptolémaïque, creuset de la rencontre des cultures grecque et égyptienne tout d’abord, mais aussi modèle d’une culture savante et érudite qui s’est diffusée notamment en Iran et en Asie Centrale.
Or la même Alexandrie sera également une puissante source d’inspiration – en même temps que de rejet – pour la culture romaine de la fin de la République et des premiers siècles de l’Empire (le point le plus paradoxal sera atteint lors de la victoire d’Octave sur l’Orient et en particulier l’Egypte de la dernière des Lagides, Cléopâtre, au moment même où le modèle hellénistique est extrêmement prégnant, en particulier dans la poésie dite augustéenne).

Ces moments de confrontations font l’objet du programme « D’Alexandrie à Rome », où sont étudiés les phénomènes de transfert, de réception complexe et d’appropriation qui se jouent entre ces cultures en contact.

Pour cela, le programme rassemble égyptologues spécialistes des périodes ptolémaïque et romaine, spécialistes d’histoire grecque et d’histoire romaine et littéraires spécialistes de poésie hellénistique et romaine de l’équipe Halma. Leurs regards croisés porteront sur des objets d’étude divers, notamment lors du séminaire interdisciplinaire « Contacts et transferts culturels », qui se réunit pour plusieurs séances par an, sous forme de demi-journées d’étude, et, à l’occasion, des journées thématiques plus développées.