Séminaire « Contacts et Transferts culturels » – 28 avril 2017

Vendredi 28 avril 2017, la séance de notre séminaire « Contacts et transferts culturels » sera animée par Evelyne Prioux (CNRS, ArScAn) et Ghislaine Widmer (Université de Lille, Halma).

Résumé des communications :

Evelyne Prioux, « L’Hérakliskos de Théocrite: l’enargeia au service du pouvoir lagide »
L’epyllion Hérakliskos contient une description du ciel nocturne qui indique à quel moment de l’année Héraclès et Iphiclès furent attaqués par les serpents envoyés par Héra. Ce passage a été largement commenté, car il a des implications pour la compréhension des liens entre l’Idylle XXIV et le pouvoir ptolémaïque et parce qu’il semble pointer vers une date importante liée à l’accession au pouvoir de Ptolémée II, ce qui implique de s’interroger sur la reconstitution du calendrier macédonien en vigueur au début du règne et sur la chronologie mal connue du début de son règne. Le recours à un logiciel de planétarium permet de confronter cette description avec les cartes du ciel nocturne de l’Alexandrie de Ptolémée II et d’en éclairer l’interprétation. Une comparaison entre cette description et la sphaira égyptienne permet aussi de prendre conscience de la présence d’un éventuel arrière-plan égyptien dans la description de Théocrite: les constellations évoquées (l’Ourse et Orion) ont en effet des équivalents égyptiens (la Cuisse de taureau et Sah) et le mouvement du ciel décrit par Théocrite – celui de l’Ourse tournant pour regarder Orion – pouvait être perçu comme particulièrement signifiant en contexte égyptien.

« La figure légendaire du prince-pharaon Sésostris à l’époque gréco-romaine: une reconstruction du passé égyptien »
La communication présentera un travail en cours autour de papyrus fragmentaires démotiques de l’époque romaine attestant de l’existence d’un cycle d’histoires centrées autour d’un héros du passé égyptien : le prince-pharaon Sésostris, que les auteurs classiques et un roman grec évoquent également sous le nom de Sesoôsis ou Sesonchôsis.

La séance aura lieu à 13h dans la salle de séminaire (E1.51) du laboratoire Halma, à l’Université de Lille 3. Elle est ouverte à tous.

Renseignements :
https://www.univ-lille3.fr/recherche/actualites/agenda-de-la-recherche/?id=1782

http://halma.recherche.univ-lille3.fr/index.php/event/seminaire-contacts-et-transferts-culturels/

Contact : florence.klein@univ-lille3.fr

Séminaire « Contacts et transferts culturels » – 1er avril 2016

Image

La première séance du séminaire « Contacts et transferts culturels » se tiendra le vendredi 1er avril 2016, à l’Université Lille 3, bâtiment E (Halma), salle E1-51.

Sémin.01-04-16

Voici le programme de cette première séance :

13h-13h40 :
Florence Klein : Introduction
13h40-14h40 :
Laurianne Martinez-Sève (Pr. d’histoire grecque)
« Réflexions sur l’impact de la culture grecque en Asie centrale »
Pause
15h-16h :
Jean-Christophe Jolivet (Pr. de langue et littérature latines)
« La philologie romaine à la recherche d’un modèle hellénistique : Suétone et Cratès de Mallos, ou pourquoi choisir Pergame plutôt qu’Alexandrie ».
16h-17h :
Stéphane Benoist (Pr. d’histoire romaine) et Didier Devauchelle (Pr. d’histoire, langue et archéologie de l’Egypte ancienne)
« Un empereur romain entre deux mondes : regards croisés sur la titulature impériale en Égypte romaine ».

Contact : florence.klein@univ-lille3.fr

 

Alexandrie-Rome

Ce carnet de recherche dépend du programme « d’Alexandrie à Rome », monté en 2015 dans le cadre du laboratoire Halma (UMR 8164).

Après la mort d’Alexandre le Grand, dans un univers dont le centre de gravité s’est déplacé de la Grèce à l’Egypte et vers l’Orient, l’époque hellénistique est, comme cela a  déjà été mis en lumière, hantée par le thème du déplacement : ses productions artistiques et littéraires illustrent l’importance des transferts culturels entre le passé grec classique, d’une part, et un monde nouveau où la culture macédonienne se marie, dans une certaine mesure, aux cultures locales, d’autre part.

Un lieu emblématique de cette époque est l’Alexandrie ptolémaïque, creuset de la rencontre des cultures grecque et égyptienne tout d’abord, mais aussi modèle d’une culture savante et érudite qui s’est diffusée notamment en Iran et en Asie Centrale.
Or la même Alexandrie sera également une puissante source d’inspiration – en même temps que de rejet – pour la culture romaine de la fin de la République et des premiers siècles de l’Empire (le point le plus paradoxal sera atteint lors de la victoire d’Octave sur l’Orient et en particulier l’Egypte de la dernière des Lagides, Cléopâtre, au moment même où le modèle hellénistique est extrêmement prégnant, en particulier dans la poésie dite augustéenne).

Ces moments de confrontations font l’objet du programme « D’Alexandrie à Rome », où sont étudiés les phénomènes de transfert, de réception complexe et d’appropriation qui se jouent entre ces cultures en contact.

Pour cela, le programme rassemble égyptologues spécialistes des périodes ptolémaïque et romaine, spécialistes d’histoire grecque et d’histoire romaine et littéraires spécialistes de poésie hellénistique et romaine de l’équipe Halma. Leurs regards croisés porteront sur des objets d’étude divers, notamment lors du séminaire interdisciplinaire « Contacts et transferts culturels », qui se réunit pour plusieurs séances par an, sous forme de demi-journées d’étude, et, à l’occasion, des journées thématiques plus développées.